MARGUERITE KRAWCZYK

Bonjour Marguerite, raconte-nous qui tu es et d'où tu viens

Je suis la fondatrice du Cabinet Artistique Cocotka depuis 2016. 
À l’âge de 2 ans, j’ai quitté mon pays natal avec ma famille, la Pologne. Nous nous sommes installés dans la région Lyonnaise. J’ai essentiellement vécu et travaillé à Lyon, tout en restant très attachée à mes racines...le nom Cocotka aux sonorités slaves s’inspire de mes origines.

2-Portrait-IMG_6255.jpg

Comment es-tu devenue styliste et illustratrice?

J’ai intégré l’École de Condé à Lyon pour faire un BTS de styliste puis j’ai complété avec une formation de modéliste à Supdemod. Après avoir occupé des postes de styliste au sein d’entreprises variées,  je découvre au fil de mon expérience ma sensibilité pour la mode enfant. Je travaille pour le groupe Kidiliz pendant 8 ans en tant que styliste enfant et bébé avant de me lancer en Freelance. 
L’illustration est venue plus tard, lorsque je me suis mise à mon compte.


D'où te viens le nom de ton agence Cocotka?

Petite j’aimais plier et colorier des cocottes en papier en origami. Je mélangeais souvent ma langue maternelle polonaise et la langue française: des mots hybrides sont nés! J’ai naturellement appelé ces cocottes en papier des « Cocotka ».
C’est un mot qui représente très bien mon cabinet artistique car derrière chaque volet en papier déplié se cache une facette de mon métier: stylisme, analyses tendances, illustrations, dessins textiles, branding.


Tu es spécialisée en illustration et en stylisme, as-tu une préférence pour l'un de ces domaines?

Le stylisme est mon métier de formation. En parallèle j’ai toujours peint ou dessiné. Aujourd’hui mes clients me sollicitent plus pour de l’illustration que du stylisme et ce n’est pas pour me déplaire! Je ne peux pas dire si j’ai une préférence...mais j’adore l’illustration! Peut-être parce que c’est un métier que j’exerce depuis moins longtemps et qui touche des domaines tellement variés que les projets sont d’autant plus excitants.

3-PRINT-HOP-cat---Cocotka.png

Comment définirais-tu ton style graphique?

Poétique et épuré. J’aime les espaces vides, le blanc, la délicatesse de l’aquarelle, les associations insolites de couleurs et la finesse des traits de mon crayon fétiche.

Enfant, que révais-tu de faire comme travail?

J’ai réalisé très tôt que j’avais des facilités pour le dessin et que c’était mon activité favorite. Je m’inspirais de magazine de mode et de photos de modèles, j’essayais de redessiner à l’identique les tenues des couturiers. Petit à petit j’ai tapissé ma chambre entière de croquis et de photos de défilés. À l’âge de 10 ans j’ai donc décidé que mon métier serait d’être styliste!


À quoi ressemblent tes journées?

J’ai décidé d’être Freelance pour travailler à mon rythme, varier les projets et surtout être disponible pour mes enfants. En général je travaille de 8h30 à 17h30 et je consacre le mercredi pour mes enfants. Il m’arrive très souvent de travailler les soirs lorsque j’ai une trop grosse charge de travail ou lorsque j’ai des rdv pro ou perso dans la journée. J' avoue que les heures sup sont au rdv ! On n'imagine pas le nombre de choses à faire en plus de la créa ( devis, paperasse, prospections, piges, compta...) Souvent le freelance est seul face à son ordinateur et ses crayons...je me suis donc instaurée une petite routine : je déjeune chaque semaine avec des clients, collaborateurs ou amis! Je compte bientôt intégrer un espace de coworking, l'échange et les rencontres sont primordiaux dans mon métier. 


Comment démarches-tu tes clients?

Je me rends à des salons professionnels, je postule à des offres, je me tiens informée sur LinkedIn mais en règle général mes clients m’ont trouvées grâce au bouche à oreille ou sur Instagram.

1-COCOTKA l'amour fou_insta.jpg


Qu'est ce qui t'inspire et t'influence dans ton travail?


Comme pour beaucoup de créatifs, tout ce qui m’entoure peut m’inspirer. Un détail, une couleur, un lieu. J’ai besoin de créer en musique. Ma playlist peut résolument influencer ma créativité. Je fais des expos de peinture et de photos régulièrement. J’ai toujours dans le coin d’une tête des artistes que j’admire tels que Bonnard, Egon Schiele, Matisse, Twombly, Valloton entre autres...


Quels sont tes projets à venir pour cette année?

J’aimerais beaucoup développer une ligne de papeterie mais ce projet n’est pas prioritaire. Avant tout je dois me préparer pour le Salon du Textile Première Vision. C’est un salon où les professionnels de la mode achètent leurs matières premières et leurs dessins textiles. Je dois dessiner une grande quantité de motifs pour Septembre tout en continuant à travailler pour mes clients. C’est un challenge un peu stressant...mais très excitant!


Pour finir, quels conseils tu donnerais à des femmes qui aimerait se lancer à leur compte?

Avoir confiance en soi et être positive! Savoir écouter son client / Avoir du recul sur son travail. Je pense que le dessin est très facilement critiquable. Parfois les clients imaginent quelque chose de précis (ou pas du tout!) et ont du mal à exprimer leurs besoins ou leurs critiques. Il est essentiel dans notre métier de rester ouvert, de faire parler le client pour avoir le brief le plus précis possible et surtout de ne pas le prendre personnellement si un dessin ne plaît pas par exemple ! C’est d’ailleurs pour cela que je conseille à toute personne où le métier est visuel d’avoir un site web et Instagram à jour avant de se lancer. Un client vous choisira pour l’univers qu’il a découvert sur votre portfolio et sa demande devrait coller à votre patte! Donc moins de mauvais retours!


SUIVRE L’ACTUALITÉ DE MARGUERITE

instagram - site web