Mélanie Bultez

Bonjour Mélanie, raconte-nous qui tu es et d'où tu viens

J’ai grandi dans la paisible ville de Thonon, entre lacs et montagnes. Aujourd’hui, je vis à Lyon mais j’ai habité un peu partout, j’ai plutôt la bougeotte !

Je suis d’ailleurs plus citadine, j’aime beaucoup les espaces urbains, les matières comme le béton et j’ai une passion inavouée pour les briques et les néons, les lieux underground.

0044_Photographe_lyon_portrait_lobjectifdubarbu-44_WEB.jpg

Comment es-tu devenue photographe freelance?

Sur un malentendu ! En réalité, j’étais étudiante en direction artistique et après avoir fait tous les jobs étudiants possibles et imaginables, je me suis dis qu’il fallait que je me serve de ce que je savais faire. C’est comme ça que j’ai payé mes études, puis j’ai abandonné la première année après mon diplôme pour me consacrer à ma nouvelle carrière dans la pub. Sauf que j’ai perdu tout le côté humain du métier de photographe et clairement le milieu des requins n’était pas fait pour moi. Je suis donc rentrée à Thonon où j’ai décidé de donner un coup de boost à la photographie.

Ca a fonctionné, j’ai tout de suite eu droit à des publications et je pense que ça m’a à la fois propulsée et surtout donné confiance en moi.

Mais ce n’est que 5 ans plus tard que je me suis décidée à ne faire que ça, et j’ai quitté mon job. Sans regret.


D'où te viens le goût pour la photographie?

Aucune idée ! En fait je crois que comme on ne rencontre pas les gens par hasard, on ne fait pas un métier par hasard non plus. Aujourd’hui, c’est juste une évidence, je me sens complètement en phase avec ce que je fais, et c’est d’autant plus important que c’est aussi ce métier qui m’a fait grandir.

Ça fait partie de moi, je ne sais pas comment c’est arrivé là, mais je ne me vois pas faire autre chose aujourd’hui.


Tu es spécialisée en reportage mariage et famille, corporate et culinaire, as-tu une préférence pour l'un de ces domaines?

Ce sont des domaines très différents en tous points. J’ai évolué à travers le reportage, et dans le mariage notamment, on vit des choses fortes, on crée des liens avec les couples dont je ne pourrais plus me passer. Sans rire, tous les photographes de mariage (ou presque) vous le diront, c’est comme une drogue, une dose d’amour, de joie, un tourbillon d’émotions.

Le corporate et le culinaire sont également basés sur la joie pour les petites entreprises qui démarrent, j’adore travailler avec eux parce que je suis fière d’apporter ma pierre à l’édifice, je suis passée par là moi aussi. Et il y a la construction d’un projet, l’élan de l’équipe, le souci du détail, l’oeil, et la bonne humeur qui règne lors du shooting, et l’excitation de voir et donner à voir le résultat.

melanie-citation.png


Comment définirais-tu ton style photographique?

Authentique et vivant. J’essaye, à travers les reportages, de retranscrire exactement ce qu’il se passe, sans rejouer, sans dénaturer, et en utilisant parfois ce que les gens ne voient pas. J’aime qu’il y ait de la vie, du mouvement, de l’ambiance.

À travers la scénographie, j’aime imaginer une situation que pourrait vivre l’audience, une scène de vie, dans un décor plutôt dark mais toujours en jouant avec la lumière du jour, et avec toute la beauté de l’imperfection, de sorte que le consommateur s’identifie ou s’investisse car c’est « à portée main ». 


Enfant, que révais-tu de faire comme travail?

Ça c’est une drôle de question à laquelle j’ai une drôle de réponse ! Il me semblait avoir voulu être médecin, avocate ou directrice d’école, car j’y jouais étant petite. Et ma mère a retrouvé une vidéo très déroutante sur laquelle j’ai cinq ans et je dis que je veux "être photographe et fabriquer des cartes sur un ordinateur pas comme les autres ». Ce qui est déroutant, c’est que je suis photographe mais aussi que j’ai également depuis 4 ans une boutique de cartes à message qui s’appelle La Chérie sur le Gâteau et que je réalise sur mon ordinateur (un Mac, c’est un ordinateur pas comme les autres ?). Cette vidéo dévoilée il y a 2 ans m’a complètement chamboulée.

À quoi ressemblent tes journées?

Mes journées sont très aléatoires. J’ai des journées parfois très remplies, parfois plus cools. Je dirais que je passe une majeure partie de mon temps derrière l’écran à gérer des devis, des contrats, des mails (beaucoup de mails), des rendez-vous Skype surtout le soir et le week-end jusqu’à 22h, et la com (avec 4 sites à faire tourner, je suis bien occupée).

Je tiens aussi à bénéficier pleinement du gros avantage d’un entrepreneur : pouvoir se lever à l’heure qu’il veut. Comme je ne suis pas du matin, je préfère travailler du midi jusqu’au soir plus tard, parfois la nuit. 

La semaine, je travaille surtout pour les pros et ma carterie, le soir et le week-end sont pour les particuliers. 


Comment démarches-tu tes clients?

J’ai complètement arrêté la pub payante qui me coûtait beaucoup pour peu de résultats, voire pas du tout. Je refuse systématiquement les offres commerciales. Je mise tout sur le SEO (la plupart de mes clients viennent de Google), le réseau et le bouche-à-oreille, Instagram et parfois les blogueuses.


Qu'est ce qui t'inspire et t'influence dans ton travail?

L’histoire du client et son univers. Clairement, si je ne suis pas inspirée, je sais d’avance que je ne vais pas être au top. J’ai besoin de trouver l’étincelle qui va faire tilt dans ma tête quand la personne en face de moi me raconte son histoire et ce qu’elle aime. 

En dehors de mon travail, ce qui m’inspire, c’est surtout la musique, l’architecture, les voyages et les rencontres avec les gens de tous horizons.


Quels sont tes projets à venir pour cette année?

J’ai le projet d’ouvrir un blog culino-naturo sur lequel je partagerai des recettes et des conseils pour faire de la nourriture un vrai bienfait pour le corps et l’esprit, en lien avec deux maladies chroniques qui me touchent (je vous laisserai découvrir tout ça sur le blog).

Et enfin pour La Chérie sur le Gâteau, la carterie, j’ai le projet de la rendre disponible en points de vente physiques et de faire quelques marchés de créateurs. Quelques petites nouveautés devraient voir le jour aussi cette année ;)

gratte temoin roses.jpg


Pour finir, quels conseils tu donnerais à des femmes qui aimerait se lancer à leur compte?

« Je ne dis pas que ce sera facile, mais ça en vaudra la peine ». 

Pour construire, il faut de la motivation, de la persévérance, et beaucoup de patience.

Ne pas hésiter à faire une pause pour prendre du recul quand il le faut, s’écouter, se ressourcer, et revenir avec les idées claires.


Suivre l’actualité de Mélanie

Photographie de couples instagram - site web
Photographie culinaire instagram - site web
Photographie enfants instagram - site web
Carterie instagram - site web